Yasmina KHADRA, les femmes, la souffrance et la burqa

Yasmina Khadra

Yasmina Khadra

J’ai une habitude un peu spéciale en tant que lectrice : je donne mes livres. J’aime l’idée que quelqu’un va pouvoir ressentir autant d’émotions sur les mêmes pages. J’ai l’impression que cela donne une âme au livre. Du coup, mon entourage fait la même chose et c’est comme cela que j’ai découvert Yasmina KHADRA à travers 2 livres « Cousine K » et « Les hirondelles de Kaboul ». Ces livres sont très différents et pourtant ils parlent chacun de l’isolement, de la souffrance et de la manipulation.

Après quelques recherches, j’ai découvert qu’il était extrêmement connu. « Salué par J.M. Coetzee, prix Nobel de littérature 2003, et par la critique internationale, Yasmina Khadra est devenu, en quelques années, l’un des écrivains les plus importants de sa génération. Il est traduit avec succès dans quatorze pays ». 

Cousine K

Cousine K

Le résumé : Entre les murs d’une grande propriété isolée, un homme et sa mère vivent dans l’attente du retour du fils aîné. Torturé par un amour qu’il dit avoir à jamais perdu et par le manque de sentiments que lui témoigne sa mère, l’homme se souvient de son enfance et des épisodes tragiques qui l’ont rythmée. 

Cousine K, un livre inquiétant car il parle d’une femme manipulatrice qui fait souffrir son cousin qui l’aime infiniment. Un roman poignant et dérangeant où le lecteur assiste de l’intérieur au mécanisme qui pousse un être simple à la folie.

« Il n’y a pas pire malentendu qu’un sourire de femme ; c’est une succulence vénéneuse, un savant attrape-nigaud… Le sourire de cousine K m’alarmait ; il signifiait que le piège était fin prêt. »

« Nul n’est comblé. Il y a toujours un besoin quelque part, un oubli, un manque lancinant. On a beau se répéter que tout va bien, que tout est au mieux, ce n’est pas vrai. Que l’on habite dans un palais ou dans un gourbi, que l’on s’habille de soie ou de hardes, que l’on soit courtisé ou vomi, on a obligatoirement besoin de quelque chose, ou de quelqu’un. »

Les hirondelles de Kaboul

Les hirondelles de Kaboul

Résumé : Un geste atroce… et l’acte d’amour désespéré d’une de ces femmes qu’on appelle les « hirondelles de Kaboul ».
Désespéré, oisif, exténué, Mohsen erre dans Kaboul quand il est entouré par une foule qui s’apprête à lapider une femme adultère. Comme anesthésié par l’atmosphère hystérique qui le cerne, Mohsen va, lui aussi, balancer de toutes ses forces quelques pierres au visage de la femme enterrée jusqu’à la taille. Ce geste insensé va faire basculer le destin de tous les protagonistes dans la tragédie… jusqu’au sacrifice ultime – et vain – de Mussarat, cette femme qui donnera sa vie pour permettre à l’homme qu’elle aime de retrouver sa capacité d’aimer.

Encore de l’amour dans un monde où les femmes ne sont que des silhouettes et des ombres. En tant que femme la lecture est doublement plus intense. J’étais constamment en train de me demander : est ce que moi aussi je préférerais ne plus jamais sortir de chez moi?

Sans entrer dans la polémique et pour donner un côté un peu plus fun à ce sujet complexe. Voici le livre burqa! de Jamila Mujahed / Simona Bassano di Tufillo aux Les éditions de La Martinière

Burqa! BD

Burqa! BD

burqa-3

burqa-3

Le court récit de Jamila Mujahed est un témoignage tout simplement saisissant. Chaque double page est illustrée par un dessin de Simona Bassano di Tuffilo qui, avec ironie et humour, dénonce les mésaventures et situations absurdes auxquelles ces femmes voilées peuvent faire face.

Burqua! Extrait

Burqua! Extrait

Une dose d’amour et de réflexion pour cheminer ensemble


    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Bk to Top