oui, le doute fait partie de nos vies, surtout lorsqu’on est dans un processus de changement (comme je le suis déjà depuis … 3 ans, 10 ans, 15 ans, toujours ?).

Je vous ai déjà parlé de mes peurs (ici) et ce n’est pas exactement la même chose que le doute. Pour moi la peur a tendance à vous figer sur place ou à vous faire flipper alors que vous avancez !

Le doute (je préfère préciser, car chacun en donne sa définition) est pour moi ce dilemme que l’on vit lorsque le cœur dit quelque chose (et le veut vraiment) mais qu’il est en conflit avec la tête, les croyances, les expériences.

(J’en profite pour faire un gros bisou à toutes mes amies qui doutent autant que moi, mais qui osent et finissent toujours pas écouter leur cœur !).

Cela doit souvent vous arriver (moi, je les note tous, donc j’en ai une belle liste dans mon carnet) :

  • il arrive à l’intérieur de soi-même : je ne serai pas capable / jamais de la vie / tu échoues à chaque fois / ce n’est pas pour toi / tu n’es pas à la hauteur
  • il est présent dans notre réalité : tu n’as pas les moyens / tu n’as pas le temps / tu n’as pas (encore) les compétences / tu n’as personne dans ton entourage qui l’a fait (pour te montrer le chemin)
  • il est visible dans le regard des autres : tes parents qui t’imaginent (te destinent) à d’autres projets / des amis craintifs et négatifs / des rencontres qui te donnent leur vérité (qui est la leur et clairement qui ne t’aidera pas dans ton projet) / des méchants qui voudront juste briser un rêve de plus (s’ils existent, partez en courant)
  • il est dans notre société (et les médias) : on aime se moquer (tu ne seras que le projet ridicule du jour) / on aime basher / on ne croit plus en rien / on ne motive personne (c’est plus drôle de dénigrer, non ?) / on ne parle que des échecs (qui sont nécessaires) et on en fait la seule issue possible /
  • il est dans notre cœur (il se faufile partout) : je ne serai pas à ma place / je ne trouverai pas l’amour si je suis vraiment moi même / je serai rejeté définitivement (c’est déjà le cas dès qu’on parle d’un nouveau projet
  • il est dans notre futur proche : je suis perdu (donc je retourne dans mes habitudes), cela ne fonctionne pas (au bout d’un mois c’est normal) / c’est pas rentable / c’est trop dur (oui, la vie nous teste dans et hors de notre zone de confort).

Bref, voici ce que je vis depuis un bon moment maintenant.

Mon cœur me dit avance. Mes pieds (et tout le reste) ont peur et ne veulent pas bouger ou repartir en courant, ma tête me dit nooooooooooooooooooon … alors j’écoute mon cœur, mes proches (qui sont toutes des licornes magiques incroyables et positives).
Du coup, j’avance doucement en pleurant, en hurlant, en ayant des fous rires (quand je suis nerveuse… je rigole).
J’avance et je note mes synchronicités (je vous en parle demain) pour faire baisser le niveau de mes doutes.

Et vous, c’est quoi votre projet qui vous déclenche le plus de doutes ?