Jane dans les arbres

Jane dans les arbres

Se prendre pour Jane quand on a le vertige, c’est un gros challenge.
Il n’y avait pas mon tarzan ni Cheeta d’ailleurs. Mais il y avait les arbres, les lianes (en fer) et des tarzan-sauveurs au sol (les moniteurs).

On a tous des peurs, des phobies, des angoisses qui nous paralysent et d’ailleurs rien que d’y penser vous frissonnez. Moi j’en ai peu mais des violentes : le vertige et les araignées. Alors pourquoi aller jouer dans les arbres? Parce que je ne voulais pas laisser ma peur contrôler ma vie ou simplement car cette année est celle des challenges pour moi!

Alors oui j’avais envie de le faire mais agir reste le plus dur. Heureusement, une de mes meilleures amies m’a proposé une date… plus d’excuses. Alors on oublie la date pour limiter les angoisses mais le jour arrive. Je me serai dégonflée si je n’avais pas eu avec moi ce jour là 2 personnes que j’aime profondément et en qui j’ai une entière confiance.

C'est ça le parc de saint cloud

C’est ça le parc de saint cloud

et ça aussi...

et ça aussi…

On arrive après de nombreux virages dans le parc de Saint Cloud. Je ne pourrai pas vous dire si je roulais à 20km pour la sécurité des piétons, les dos d’âne qui défonce ma moto ou la peur qui s’installe dans le ventre. Bienvenue à Evasion verte.
Un baudrier, quelques conseils et puis le parcours test pour vérifier. Ok c’est à 1m du sol et j’ai déjà les jambes qui tremblent. J’ai ensuite suivi le groupe : direction le parcours bleu Les mésanges (bon il s’avère qu’on a pas fait les parcours dans l’ordre) 15 ateliers à 8 mètres du sol, gloups.

Super à l'aise

Super à l’aise

Un mousqueton, le deuxième on se déplace sur les marques rouges. On les cherche comme l’étoile filante pour faire un vœu « ne tombe pas ». Je grimpe, je tremble, je respire (merci le yoga), je me rassure « tu peux le faire, tu peux le faire », ne pas regarder en bas… oui mais comment on fait pour trouver le (putain de connerie) de filain minuscule :/ Les moniteurs sont là pour nous rassurer : la sécurité est optimum et ils sont là même à 19 mètres.

Parc de saint Cloud

C’est haut quand même

Je respire, chante, regarde devant, tremble, stoppe, ne pense à rien (mais là les angoisses arrivent), et puis je pleure encore et encore mais je continue. Chaque pas me rapproche de la fin et de mon objectif. La fierté tente de compenser les larmes. Il suffit de voir l’excitation des enfants de 5 ans aussi agiles que Cheeta) pour retrouver le sourire.

Antone est vraiment fort

Antone est vraiment fort

Enfin au sol

Enfin au sol

Bilan : des mains d’haltérophile, noires comme un mineur et des bleus sur les bras… mais cela vaux largement les larmes. On a réussi. Et il suffit de regarder en l’air pour re-avoir le vertige. C’est comme un rêve mais non le baudrier est encore là et nous on est toujours la même mais un peu plus forte, un peu différente. Maintenant next challenge à programmer.

Et vous, c’est quoi votre dernier challenge?